Karaoke avec Soleil de Vie

La commission extra-municipale Soleil de vie organise ce mardi 18 décembre un Karaoke à l’Odyssée à 15 h. C’est une excellente occasion pour les personnes de tous âges, isolées ou non, de venir faire la rencontre d’autres carignanais dans un moment de détente convivial. C’est évidemment gratuit et ouvert à tous et l’animation sera suivie d’un goûter ! Venez nombreux (ses) !

La commission extra-municipale Soleil de Vie a été conçue pour venir en aide aux personnes qui se sentent isolées ou seules. Son but est de créer, ou recréer un lien social entre carignanais afin de ne plus être seul, de faire de nouvelles rencontres et de veiller les uns sur les autres.

Si vous vous sentez à l’écart, en manque de relation humaine, de personne à qui parler, n’hésitez pas ! Contactez Soleil de Vie et rendez-vous aux diverses animations et atelier proposés par la Commission, par exemple les ateliers mémoire en collaboration avec l’ASEPT

Un peu d’histoire : d’où vient le karaoke ?

L’origine étymologique du nom est japonaise : c’est la combinaison de la contraction « kara »de karappo (空っぽ, qui veut dire « vide ») et de oke de orchestra (オーケストラ, ōkesutora, « orchestre »), très littéralement donc « l’orchestre vide », c’est-à-dire que le chanteur n’a pas besoin d’orchestre(ou de groupe de musicien) pour chanter.

L’origine exacte de cette pratique est difficile à cerner. Certaines sources parlent des albums « Sing Along With Mitch » de Mich Miller, un crooner américain, enregistrés en 1958, où il reprenait des chansons du folklore avec des chœurs de scouts ou des membres du Rotary Club. Il présentera par la suite l’émission « Sing Along » (chanter avec) sur la chaîne CBS, où le public chante en même temps que lui alors que les paroles s’affichent à l’écran. Pour aider à garder le rythme, une petite balle sautait sur les mots au moment de les chanter, c’était la naissance du « boucing ball » (balle rebondissante) que l’on retrouve encore souvent dans les karaoke d’aujourd’hui.

Mais l’on situe la naissance karaoke tel qu’on le connait au Japon, évidemment, puisqu’il en tire son nom. On peut trouver deux hypothèses, La première est l’histoire d’un disquaire japonais, Kisaburō Takagi. Il aurait remarqué que beaucoup de clients aimaient chanter par-dessus les sons du juke-box, il invente donc une machine capable de jouer la musique sans la voix des interprètes, avec un magnétophone pour que les clients qui chantent entendent la leur à la place. Il dépose la marque « Karaoke » et fonde la société Nikkōdō  en 1962.

Une autre source, qui semble plus probable, parle de Daisuke Inoue qui aurait inventé le « KaraOK ». Le but était de permettre aux chanteur de s’entraîner sans avoir besoin d’orchestre. Il n’a par contre jamais déposé son brevet et ne tirera aucun profit de l’invention. Il restera pourtant dans cette industrie où il se fera un nom. Il a été nommé par le Times Magazine comme l’un des « asiatiques les plus influents du siècle » en 1999. Il a reçu le prix Ig Nobel de la paix en 2004 pour son invention. Le prix Ig Nobel est un prix parodique, distribué aux recherches scientifiques qui semblent incongrues ou insolites, mais finissent par faire sens. L’objectif de ces prix est de « récompenser les réalisations qui font d’abord rire les gens, puis les font réfléchir ». Leur site (en anglais), c’est par ici