Moustiques tigres : nuisances et maladies

Vous avez déjà certainement entendu parler des moustiques tigres. Si leur piqûre est en soi bénigne, elle peut dans des cas très rares, si la femelle moustique a au préalable piqué une personne atteinte de certains virus (dengue, chikungunya, zika…), transmettre ces derniers. Ils se développent dans de petites quantités d’eau : des soucoupes de pots de fleurs, des vases et tout récipient en mesure de recueillir la pluie ou l’humidité.

Pourquoi les moustiques aiment-ils vivre près de nos maisons ?

Car nous sommes une ressource importante pour leur reproduction : si seules les femelles piques, ce n’est pas pour se nourrir, mais parce que le sang leur est indispensable pour pondre leurs œufs. En vérité les moustiques adultes ne se nourrissent pas de sang, mais de nectar de fleurs ou d’autres liquides du même ordre.

Ils ont besoin des endroits pour pondre : leur lieu de prédilection sont les eaux stagnantes, peu profondes, car elles abritent souvent peu, voire pas, de prédateurs (grenouilles, poissons, libellules, etc.). Le moustique passe par quatre stades de développement : œuf, larve (4 stades larvaires), nymphes et adulte. Seuls les adultes ont un cycle de vie aérien, les trois autres stades de développement sont aquatiques.

Ils ont également besoin de coins d’ombre pour se reposer.

Comment reconnaitre l’Aedes albopictus, mieux connu sous le nom de moustique tigre ?

Son apparence, tout d’abord, il arbore des rayures noires et blanches sur le corps et les pattes. Ses ailes sont d’un noir uniforme. Ils sont généralement plus petits que les moustiques communs et varient entre 2 mm et 8 mm de long, pour une moyenne autour de 5 mm. Cela dit, contrairement au moustique « classique » il est moins agile en vol et plus facile à écraser.

Est-ce grave de se faire piquer par un moustique tigre ?

Il faut se rassurer, la piqûre d’un moustique tigre n’est que rarement dangereuse. Elle peut gratter, irriter et dans de rares cas provoquer des petites réactions allergiques, mais en aucun cas elle ne transmet systématiquement des virus, comme nous le précise le site moustique-tigre.info :

« Une centaine de cas de dengue ou de chikungunya est déclarée chaque année en France métropolitaine, mais il s’agit dans la très grande majorité de cas importés, c’est-à-dire que les patients ont été contaminés en dehors de la métropole puis sont revenus malades. Dans ce genre de cas, une déclaration est effectuée auprès des services officiels, qui déclenchent généralement une démoustication dans les alentours du domicile, du lieu de travail, et des lieux dans lesquelles la personne infectée s’est rendue. Cette démoustication a pour objectif d’éliminer les moustiques tigres qui auraient pu piquer la personne malade, et qui auraient donc pu devenir porteurs de ces virus et débuter une épidémie de dengue ou de chikungunya en France métropolitaine. »

moustique-tigre.info

Les produits antimoustiques (insecticides et répulsifs) ne permettent pas d’éliminer durablement les moustiques. Il est également nécessaire de limiter leurs lieux de ponte et de repos afin de les empêcher de se reproduire.

Pour éliminer les lieux de repos des moustiques adultes, pensez à :

  • débroussailler et tailler les herbes hautes et les haies,
  • élaguer les arbres,
  • ramasser les fruits tombés et les débris végétaux,
  • réduire les sources d’humidité (limiter l’arrosage),
  • entretenir votre jardin.

En cas de voyage dans une zone tropicale : il est impératif de consulter un médecin en cas de fièvre brutale ou modérée, de douleurs articulaires ou de courbatures et/ou d’éruptions cutanées. Si vous revenez d’un voyage avec de tels symptômes, il faut contacter les autorités médicales compétentes afin de vous prendre en charge et de déclencher la démoustication préventive de la zone.

Même si le risque est finalement assez infime, les moustiques tigres, qui piquent toute la journée, peuvent être une véritable nuisance. Les tuer ne suffit pas, il faut les empêcher de se reproduire.

Comment éliminer les larves de moustiques ?

Éliminer les endroits où l’eau peut stagner :

  • petits détritus,
  • pneus usagés : vous pouvez aussi les remplir de terre, si vous ne voulez pas les jeter,
  • encombrants,
  • déchets verts.

Changer l’eau des plantes et des fleurs une fois par semaine ou, si possible, supprimer les soucoupes des pots de fleurs, remplacer l’eau des vases par du sable humide.

Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées et nettoyer régulièrement :

  • gouttières,
  • regards,
  • caniveaux et drainages

Couvrir les réservoirs d’eau avec un voile moustiquaire ou un simple tissu :

  • bidons d’eau,
  • citernes,
  • bassins

Couvrir les piscines hors d’usage et évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau (eau de javel, galet de chlore, etc.).

Une solution complémentaire et qui ne nécessite pas l’usage de produits chimiques est de favoriser les prédateurs naturels du moustique :

Pendant leur stade aquatique, ils sont vulnérables aux invertébrés comme les larves de libellules ou larves et adultes de coléoptères aquatiques. Certains poissons, dits « larvivores » en sont très friands, pourquoi ne pas en mettre quelques-un dans votre bassin si vous en avez un ? (préférez toujours les espèces locales).

Adultes, les moustiques ne sont plus des créatures aquatiques, ils constituent une source d’alimentation pour les araignées et autres insectes prédateurs comme les libellules, mais aussi pour les oiseaux (les hirondelles par exemple) ou les chauves-souris. Pour ces dernières, l’impact sur les moustiques tigres, qui sont actifs de jour, sera faible, la chauve-souris est nocturne, mais cela ne l’empêchera pas de s’en prendre aux autres moustiques qui peuvent gâcher vos dîners en terrasse ou vos nuits. Avez-vous pensé à construire des abris à ces animaux afin de les pousser à résider non loin de chez vous ?

Vous pouvez également signaler la présence de moustiques tigres auprès de l’anses :

https://signalement-moustique.anses.fr/signalement_albopictus/

Sources :

Pour plus d’informations sur le moustique tigre et la prévention :

nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/moustique-tigre-aedes-albopictus-et-lutte-anti-vectorielle

Moustique tigre

http://www.insectes.org

http://www.moustiquetigre.org/index.php/personnelle/131-favoriser-les-predateurs

Facebook
Facebook
Instagram