Commémoration du 8 mai 1945

Deux des conflits les plus ancrés dans l’esprit des Français sont les deux guerres mondiales. Nous commémorons l’armistice de la première le 11 novembre 1918 (voir notre dossier) et la capitulation de l’Allemagne lors de la seconde le 8 mai 1945.

La Seconde Guerre mondiale est sans doute le conflit répertorié ayant causé le plus de dégâts tant en vie humaine qu’en matériel. On estime les pertes entre 60 et 80 millions d’hommes et femmes dans le monde, majoritairement des civils (dans cette estimation sont prises en compte les victimes de la shoa, des bombardements stratégiques, des épidémies et famines suivant les destructions, etc.). Pour donner une idée de comparaison, la population française actuelle est estimée à environ 67 millions d’individus. La commémoration est un devoir de mémoire en l’honneur de toutes les victimes de cet atroce conflit. Contrairement à ce que l’on entend beaucoup, il n’y a pas eu d’armistice en 1945, mais bien une capitulation, ce sont deux choses différentes, il y eu plusieurs armistices pendant la Seconde Guerre mondiale par exemple, mais aucune n’a scellé la fin des combats à un niveau global.

Carignan de Bordeaux a bien entendu honoré la mémoire des anciens combattants ce mercredi 8 mai au monument aux morts en présence des membres d’associations des anciens combattants (UNC) ainsi que du maire et de plusieurs élus, suivi par un verre de l’amitié à l’Odyssée.

Retrouvez ci-dessous les photos de la commémoration. Si vous souhaitez en savoir plus sur la fin de la Seconde Guerre mondiale, un résumé des évènements qui l’ont entourée vous est proposé plus bas.

Le déroulement de la capitulation

Si la date du 8 mai résonne comme celle de la fin de la guerre, tout ne s’est évidemment pas joué en un jour.

Tout commence en 1942, lors de la bataille d’El-Alamein, première d’une longue série de défaites pour les armées allemandes. C’est à partir de cette date qu’elle commencera à battre en retraite peu à peu sur tous les fronts. La ville allemande de Dresde est pilonnée par les bombardements en février 1945, les troupes anglo-américaines et l’armée soviétique parviennent à se rejoindre au beau milieu de l’Allemagne le 25 avril 1945. L’Allemagne est déjà vaincue, mais les combats continuent.

Le 30 avril, le führer du IIIe Reich, le tristement célèbre Adolf Hitler, se suicide dans le bunker berlinois dans lequel lui, sa famille et ses derniers fidèles s’étaient retranchés (le film La ChuteDer Untergang dans sa version originale — propose une saisissante reproduction des derniers moments de l’Allemagne nazie dans un huis clos glaçant)

L’amiral Dönitz se retrouve à la tête de l’Allemagne, il envoie alors le général Alfred Jodl, chef d’état-major de la Wehrmacht au quartier général des forces alliées du général Dwight Eisenhower : Reims.

C’est à 2 h 41 du matin, dans la nuit du 6 au 7 mai 1945 que la capitulation totale et sans condition de l’Allemagne est signée. La cessation des combats est fixée au 8 mai, 23 h 01. Staline insiste pour que le document soit également ratifié à Berlin, alors occupée par les armées soviétiques. Ce sera fait lendemain de la signature de Reims, dans la nuit 8 mai 1945 à 23 h 16, heure de l’Ouest.

Capitulation du IIIe Reich à Berlin : les plénipotentiaires allemands (le général Hans Juergen Stumpff, commandant en chef de la Luftwaffe, le maréchal Wilhelm Keitel, chef d’état-major de la Wehrmacht, l’amiral Hans Georg Von Friedebourg, Kriegsmarine, source : ECPAD)

Il est à noter que si la fin des combats était fixée le 8 mai à 23 h 01 heure de l’Ouest, le décalage horaire implique que pour les Soviétiques, la cessation des hostilités était donc le 9 mai à 0 h 01, ce qui explique que la Russie et les pays de l’ex-URSS célèbrent la capitulation allemande le 9 mai, ils l’appellent « le jour de la victoire »

La fin de la guerre ?

Si l’Allemagne a capitulé, mettant fin aux combats en Europe, le Japon continue à combattre les États-Unis d’Amérique dans le Pacifique pendant presque quatre mois, ils refusaient les conditions de réédition qui impliquait entre autres la destitution de leur empereur l’adoption d’un gouvernement démocratique. Ce n’est que suite au largage de Little Boy sur Hiroshima le 6 août 1945 et de Fat Man sur Nagasaki trois jours après, le 9 août, en parallèle de l’invasion de la Mandchourie par l’armée soviétique que le Japon capitula le 17 août. C’était la première et la dernière fois qu’une arme atomique était déployée dans le cadre d’un conflit militaire.

Si le déploiement des bombes atomiques a précipité la fin de la Deuxième Guerre mondiale sur le front de l’Océan Pacifique, beaucoup pensent qu’il marqua le début d’un nouveau conflit : la guerre froide ; les USA avaient démontré leur supériorité sur l’URSS en termes d’armement.

Pour aller plus loin :

Archives de la défense, photographies du 8 mai 1945


http://archives.ecpad.fr/8-et-9-mai-1945-paris-fete-la-victoire-2/

Un court reportage sur Hiroshima et Nagazaki

https://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/premiere/video/de-la-fin-de-la-seconde-guerre-mondiale-au-debut-de-la-guerre-froide

Facebook
Facebook
Instagram