Les dangers des produits de jardinage

Engrais, herbicides, insecticides sont un danger pour nous, les animaux et l’écosystème.

Le faible coût, la facilité d’utilisation et les résultats rapides des produits chimiques (dits phytosanitaires) ont convaincu bien des particuliers pour le traitement de leurs jardins et potagers.
Mais ces produits comportent de véritables risques.

Risques sur l’humain

Au-delà des problèmes allergènes (éruption cutanée, asthme…), l’usage répété de produits chimiques pour vous occuper de votre jardin peut conduire à une hausse du risque de cancers, de diabètes ou de troubles respiratoires et neurologiques.
Ils représentent aussi un danger potentiel pour les enfants et les personnes enceintes.

Lorsque l’on utilise des produits chimiques dans son jardin, on le pulvérise (risque d’inhalation et cutané, risques ophtalmiques), on le répand (risque cutané), on en garde sur les doigts ou les vêtements. Ils peuvent provoquer divers problèmes à notre organisme.

Ensuite, ces produits sont absorbés par les plantes et le sol, les agents chimiques trouveront leur chemin dans vos assiettes et dans les nappes phréatiques. Les sols et la nature n’ont que faire de la clôture de votre jardin : en traitant votre lopin de terre, vous affectez plus que votre terrain.

Malheureusement, ce n’est pas parce qu’un produit est en vente libre qu’il est sans risque pour la santé, leur emballage doit vous alerter :

Liste des nouveaux symboles et pictogrammes de danger

D’ailleurs, depuis mai 2012, les agriculteurs peuvent faire reconnaître la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle causée par le traitement de certains pesticides. L’INSERM en 2013 évoque « la présomption d’un lien entre l’exposition aux pesticides et la maladie d’Alzheimer » avec un risque multiplié par quatre. Des études de l’INRA parlent également d’une grande augmentation du risque de diabète lié à certains insecticides. On parle aussi de baisse de la fécondité, augmentation des fausses couches et naissances prématurées, voire d’anomalies à la naissance.

Comment réduire les risques ? L’idéal serait bien entendu de se passer totalement de ce type de produit (voir plus bas, les solutions écologiques). Dans le cas où vous utiliseriez tout de même ce type de produits, lisez bien les étiquettes, respectez strictement les dosages, durée et périodicité. Prévenez les personnes susceptibles d’être affectées d’éviter la zone traitée, d’en éloigner leurs enfants et animaux.

Risques pour les animaux

Si un produit est dangereux pour l’humain, il l’est d’autant plus pour les animaux, qu’ils soient sauvages, d’élevage ou de compagnie.

Les anti-limaces, par exemple, n’attirent pas seulement les gastéropodes : les odeurs qu’ils émettent attirent les chiens et leur donnent envie de les manger. Cela peut être mortel pour l’animal et au minimum lui provoquer des convulsions, vomissements, salivations et diarrhées au bout d’une heure ou deux à peine.

Exemple de phosphate ferrique anti-limaces, responsable de l’empoisonnement de nombreux chiens et chats, parfois même d’enfants.
https://www.tvm.fr/expertises/gestion-des-intoxications/anti-limace-intoxication/

Nos animaux utilisent leur truffe, leur gueule ou leur langue pour jauger le monde autour d’eux, les produits répandus sur les plantes et le sol vont rentrer au contact de leurs muqueuses, de leurs poils… La seule méthode qu’ils connaissent pour se nettoyer est de se lécher, ce qui aggrave la situation. Pesticides, engrais, antifongique, rodenticides (mort-aux-rats), tous sont potentiellement mortels pour nos amies les bêtes. Trop souvent les odeurs des produits, faites pour attirer une certaine faune sauvage jugée nuisible, attirent également nos compagnons.
Site ouafmag.com : les produits toxiques pour les chiens

Nous ne pourrions pas clore cette partie sans parler des risques pour les animaux indispensables à notre écosystème et sa survie : les abeilles qui pollinisent nos cultures, les vers de terre qui enrichissent le sol, les chauves-souris qui régulent les populations d’insecte (qui protègent d’ailleurs les vignes) les mulots et musaraignes, taupes, hérissons ou grenouilles qui nous débarrassent naturellement des limaces invasives… Ces produits chimiques les tuent ou détruisent leur source de nourriture. C’est parce qu’ils sont de moins en moins nombreux que nous cherchons des palliatifs chimiques, créant un cercle vicieux dont il semble difficile de sortir.

Si elles demandent plus de temps, des solutions naturelles et plus respectueuses de l’environnement existent.

Pensez aussi à eux lorsque vous achetez des produits chimiques

Les solutions écologiques

Si les produits chimiques ont un résultat plus immédiat, ils sont souvent monotâche : ils font pousser une plante spécifique, mais appauvrissent les sols. Ils éradiquent une espèce, mais en empoisonnent d’autres. Ils favorisent une plante, mais tuent l’écosystème qui l’abrite… Tout cela en plus, bien sûr, des risques pour l’homme et les animaux exposés plus haut.

Il existe évidemment d’autres solutions, qui sont loin d’être nouvelles, car mise en point par des millénaires d’agriculture ou naturellement présents.

Pour les engrais, vous pouvez utiliser des déchets verts, du compost ou des engrais organiques. Avoir un bac à compost dans son jardin est très simple à faire, et vous débarrassera d’une partie de vos déchets ménagers (épluchures, fanes, marc de café, carton et papier non traité). Plus besoin de brûler ses feuilles mortes et déchets verts — c’est d’ailleurs interdit — si vous pouvez les faire travailler pour vous !
Site Habitat.fr : les engrais écologiques et naturels

Pour ce qui est des herbicides, vous avez l’embarras du choix, saviez-vous par exemple que plutôt que de jeter l’eau de cuisson des patates, vous pouviez vous en servir comme désherbant ?

Quelques exemples de désherbants naturels

Attention toutefois de ne pas abuser du vinaigre blanc : si cela est très efficace sur certaines applications, il pénètre dans la terre et peut détruire certains micro-organismes qui enrichissent le sol en favorisant la décomposition d’éléments organiques.

Enfin, pour vous débarrasser des insectes nuisibles et autres invertébrés encombrants, le premier (et meilleur) réflexe est d’aider la nature à faire son travail ! Toutes les petites bêtes qui vous gênent ont des prédateurs naturels prêts à s’en occuper à votre place. Aidez-les à s’installer dans vos jardins, voici une liste des éléments nuisibles les plus courants et de leurs prédateurs naturels :

Limaces : grive, canards, volailles, hérisson, carabe, staphylin, ver luisant, crapaud, orvet…
Prédateurs des limaces

Pucerons : coccinelles, syrphes, perce-oreille, chrysope et certaines plantes décoratives, aromatiques ou médicinales repoussent les pucerons ou attirent leurs prédateurs
Prédateurs des pucerons

Chenilles : oiseaux (mésange, coucou, huppe fasciée…) chauve-souris, araignées, hérissons, couleuvres…
Prédateurs des chenilles

Si une espèce envahit votre jardin, une simple recherche sur Internet vous donnera la liste de ses prédateurs : favorisez-les ! Mettez en place des abris, semez les plantes qui les attirent, peu à peu, vous n’aurez plus à vous occuper de vous débarrasser des nuisibles. La nature le fera pour vous et vous ferez du bien à l’écosystème. C’est gagnant-gagnant.

Exemple de nichoir à chauves-souris

La mairie a par exemple mis en place des nichoirs à oiseaux réalisés avec les élèves de nos écoles dans le cadre des TAP et avec l’aide de l’Atelier du Bois.

En respectant l’environnement, vous améliorerez votre confort de vie, celui de vos voisins, limiterez les risques de santé pour vous, vos proches et les animaux de compagnie. Cela peut sembler être au début un peu contraignant, mais une fois votre routine mise en place, vous n’aurez plus besoin d’acheter tous ces produits chimiques nocifs et votre jardin sera plus beau que jamais.

Alors protégez-vous : protégez la nature.

Sources :

Site Aujardin.info : les risques de produits phytosanitaires sur les animaux

Site VotreVeto.net : les dangers du jardins pour vos animaux

Site sur la prévention des risques chimiques

Topsante.com : les dangers des pesticides

Facebook
Facebook
Instagram